19 h 30 - Le souper est expédié, l'assiette sur les genoux près de la cheminée, au chaud. 6 huîtres, un reste de choucroute et une patate solitaire. Des clémentines et des fruits secs, pour le sucré.

20 h 30 - Bêtes et gens sont au lit. 3 humains, 3 chats. La nuit est épaisse et silencieuse. Une est déjà partie au Pégal ! Un lieu connu d'elle seule et encore ! Depuis une demie-heure. Alter dodeline de la tête, ronflote alors qu'il a les écouteurs dans les oreilles et que le smartphone s'écrase sur le couvre-lit. Ses mains abandonnées ne le tiennent plus. Ensommeillée, je lis quelques phrases d'Alexandre Jollien. Elles me promettent une nuit d'affilée, sans nuages. Extinction des feux. Rien ne sert de lutter.

Dimanche matin, réveil à 9 h 30. Je n'en crois pas mes yeux !

005

008

002

Depuis hier soir, grâce à Alex, je joue au jeu du Soûtra de Diamant :

"Christine Gio n'est pas Christine Gio, c'est pourquoi, je l'appelle Christine Gio". Jouissif et ça marche avec tout : le chat, la vaisselle, le jardin, Alter...

Ce Petit traité de l'abandonest un bijou.

Page 86 - Chapitre "L'humilité".

"L'humilité pourrait être un outil : ce diamant que l'on manie comme dans le Soûtra du Diamant, qui nous aide à être totalement ce que l'on est sans surjouer. Et à laisser l'autre tel qu'il est sans avoir la prétention de vouloir le changer.

Ce qui contrarie le plus l'humilité ce n'est pas la connaissance de ses compétences, ni de ses talents comme dit l'Evangile, mais c'est la prétention. Quand je prétends maîtriser la vie, ou vouloir changer l'autre, je m'éloigne de la terre. Il me plaît que le mot "humilité" contienne la racine humus, la terre, qui nous rapproche aussi de l'humour. L'humour peut facilement - enfin, quand il ne consiste pas à se moquer de l'autre - nous rapprocher de la terre, de ce que nous sommes vraiment."