Le rosier Paul Hymalayan Musk est exubérant. Chaque automne, il a besoin d'un petit rafraîchissement genre jolie coupe en guirlande accrochée autour de la maison au dessus de la porte du garage. Comme il garde la majorité de ses feuilles, cela fait joli. C'est Alter qui le fait car c'est un peu haut pour moi. C'est à peu près la seule chose qu'il fasse au jardin car le jardin c'est mon domaine. C'est là où je vais buller, rêver et oeuvrer. Observer et m'émerveiller. Or, hier en fin d'après-midi, j'ai halluciné. Les bras m'en sont tombés jusqu'aux orteils : il avait dépecé mon rosier Paul Himalayan Musk... Plus rien de vivant ou de vert, juste quelques tiges torturées et épineuses se détachaient de la façade blanche. Telles des désespérées, elles s'élançaient vers le ciel, quelques bouts de fil de fer les soutenant par endroit. Au sol, des monceaux de rameaux verts écrasant iris, fenouil, chèvrefeuille et romarin.

Une envie de pleurer m'est venue. Comme quand je sortais de chez le coiffeur avec une tête à la Liza Minelli alors que j'avais demandé une coupe mi-longue effilée... Une boule au fond de la gorge devant l'irrémédiable. Comment une chose pareille avait pu être possible ? Il paraît que je me suis mal exprimée. Un énorme "Ta gueule !"  a jailli et je me suis taillée reprendre le cours de ma vie. Que faire d'autre ! Encore une fois surprise de ma transparence. Quant à Paul H.M., je pense qu'il sera beaucoup moins fleuri au printemps prochain mais j'ai une grande confiance en sa vigueur...

007

012

009

Il faisait beau aujourd'hui, alors j'ai déblayé les branches piquantes et les ai réunies en tas pour qu'elles sèchent. J'allumerai mon feu avec l'année prochaine.

Je me remémorai la splendeur de ce rosier au printemps dernier. De toutes façons, tout est éphémère, surtout les roses... alors...

jardin_004