Si on part, c'est pour aller à la mer, sinon c'est pas la peine. La plage, c'est l'enfance. Le plaisir c'est mettre les maillots dans la valise parce qu'on sait qu'on va se baigner. Pas la peine d'en savoir plus. Il faut aussi pouvoir y aller à pied pour profiter. Les chemins qui mènent à la mer sont pleins de promesses.

Et à Santorin, il y a beaucoup de plages : des noires mais aussi une rouge et une blanche.

Dès le premier jour, nous voulons aller à Kamari, en longeant la plage. A l'accueil de l'hôtel, la jeune fille nous fait de grands gestes et nous dit "right". Au bout du chemin, arrivées sur le sable, l'une a compris que c'était d'un côté et l'autre à l'opposé. Raison est donnée à la plus jeune qui comprend bien l'anglais. Mais, elle a perdu. Nous nous sommes retrouvées à Monolithos. A Monolithos, il n'y a pas de boutique et pas de touriste. Nous avons joué avec une villa abandonnée.

santorin_1_080

IMG_4053

santorin_1_055

santorin_1_054

santorin_1_059

IMG_3911

santorin_1_058

IMG_4061

Sur la plage blanche, en continuant, après la plage rouge, nous avons ri, grâce à deux cailloux. Malicieuses et légères.

Santorin_2_055

Santorin_2_065

Santorin_2_072

IMG_4497

IMG_4510

ilesantorin_rout