C'est à Fontanges, près de Salers et à Beillac, près de Saint Simon, que nous avons chiné le samedi et le dimanche.

Ceux avec qui j'ai marchandé étaient un peu timides, sur la réserve. Ils annoncent des prix élevés mais il suffit d'un froncement de sourcil et d'un sourire, pour qu'ils diminuent de moitié le tarif. Finalement pas si près de leur sous que ça, les Auvergnats ! Nous avons toujours réussi à trouver un accord, sans mauvaise humeur.

Sauf pour un foulard où il a fallu ruser, car le camelot était un dur à cuire. Je vois sur un stand, une jeune femme qui marchande un foulard à 3 euros puis finalement le laisse car le vendeur n'en démord pas, il en veut 5 euros. Elle s'éloigne. Il y a aussi un foulard qui me plaît. Alors, je tente ma chance : les 2 foulards pour 5 euros. Le vendeur rouspète et il me les concède à 6 euros. Parfait... Je rattrape la jeune femme et lui revend pour 3 euros, le foulard qui lui plaisait. Elle est satisfaite, moi aussi, de cette petite espièglerie ! J'ai utilisé des méthodes de management à l'américaine...

vacances_2017

A Beillac.

008__3_

En fond le fameux foulard. Quelques perles de pierres dures qui feront un bracelet à plusieurs rangs.

 

vacances_2017

001

Coup de foudre absolu pour ces deux vases achetés l'un après l'autre... Pour l'achat du second, j'ai réfléchi le temps de finir le vide-grenier, car la forme "amphore" ne me plaisait pas trop puis l'avidité l'a emporté. Je voulais les 2 ! J'aime les couleurs et le motif floral...

vacances_2017

vacances_2017

chine_008

chine_002

chine_001

chine_007

Pour cette paire de vases en fonte, il m'a été certifié qu'ils n'ont pas été trouvés dans un cimetière, mais sur les piliers d'une entrée de jardin...