Il me fallait tailler la sauge envahissante du jardin. Pas la sauge sclarée, annuelle qui se ressème toute seule et qui sent une forte odeur de weed. Qui m'enchante lorsque je vais étendre le linge. Non, la classique celle que l'on rajoute pour faire cuire les pois-chiches. Celle qui, en tisane, adoucit les femmes.

Sur le marché de la Bernerie, au milieu de tout un tas de choses hétéroclites, j'avais vu de petits bouquets de sauge séchée et j'avais demandé à la marchande à quoi, cela servait. A voix basse, dans l'oreille, elle m'avait confié un secret ; c'est pour purifier une maison et éloigner tout les mauvais esprits qui pouvaient squatter. Même ceux d'avant la construction de la maison. 

C'est le moment idéal pour confectionner ces bouquets aromatiques, à faire brûler lorsque la maison sera assujettie à tous les génies de l'hiver qui somment de fermer portes et fenêtres. La sauge est saturée de soleil et d'huiles essentielles.

 

sauge_001

sauge_006

sauge_009

sauge_013

 

sauge_016