Vue de la petite terrasse de la chambre.

La beauté de l'architecture moderne des stations balnéaires.

Sur notre terrasse privative, à un moment de calme, nous avons esquissé quelques postures de yoga.

En soirée, des chanteuses plus ou moins agréables se sont succédées pour égayer les clients disséminés, du bar lounge de l'autre hôtel. Cela nous a parfois incommodées mais un soir de liesse, nous avons dansé sur la terrasse. Il n'y avait personne en face, puis d'un coup il y a eu plus de monde, surtout des mâles !

Il y a eu aussi une traversée rapide à l'intérieur, en tenue d'Eve, le rideau non tiré à  un moment de silence absolu. C'est tellement bon de libérer le corps de tout recouvrement, alors que l'air est tiède. D'un coup, d'un seul, des cris de mâles et des balcons surpeuplés...

Toujours se méfier des espaces qui semblent abandonnés !

majorca_077

majorca_079

IMG_5691

L'intérieur de l'hôtel.

hotel_hm_1

hotel_hm2

IMG_5599

IMG_5571

IMG_5572

IMG_5576

Je vous le disais bien que le Majorquin n'est pas joyeux de nature : que l'on aille manger, à la piscine ou que l'on descende par les escaliers, l'on croisait les yeux de ses enfants graves. L'Homme est entouré de Noir, dans les images venues d'Espagne. Le Noir existe par lui-même. Il est un protagoniste à part entière de la scène, dans une mesure parfaite ; il respecte les personnages sans rogner sur son importance.

La chambre.

majorca_073

IMG_5339

IMG_5361

Fonctionnelle et blanche. J'ai aimé le lavabo et les chevets en béton inscrustés de mica, ainsi que le mur carrelé de carreaux texturés.