31 juillet 2016

La confiance du petit matin.

Mon subconscient entend dans l'office une mâchoire impatiente qui déchiquette les croquettes. Bruits dans la gamelle en plastique. Je fais presque surface. Parfois un miaulement las. Petits couinements de parquet. Puis, en diagonale, une bombe déboule sur le lit, dans la pénombre, vers moi. Joie et délices. Elle se laisse tomber comme un sac contre mon flanc. Je sais qu'elle est épuisée car elle a fait la folle toute la nuit. Elle connaît tous les secrets du quartier. Elle en profite. Elle a juste le temps de faire une courte toilette... [Lire la suite]
Posté par christinegio à 13:52 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

30 juillet 2016

De pierres et d'os.

Sortir du raisonnable. Confectionner quelques bracelets, un après-midi d'été. C'est un programme d'enfance. Le plaisir de manier des perles jusqu'au surgissement du Soi. Elles languissaient. Je les étale, je crée des alliances, modifie mes sélections dans des petits bruits de grelots. Je défais et refais sans humeur. Pour arriver au point de satisfaction. Là où c'est sobre et élégant. Le bijoux fini ne garde pas trace des tâtonnements. Seule, je garde l'étonnement des errances du processus. Au commencement, cela semble toujours plus... [Lire la suite]
Posté par christinegio à 19:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 juillet 2016

Un rosier ancien en héritage.

C'est l'arrière-grand-mère d'Alter qui l'a planté dans les années 20 dans sa maison. Après la première guerre mondiale, elle est venue s'y installer. Son fils aîné est mort dans les tranchées, elle a fait quelques travaux à la mesure de ses moyens et a planté des rosiers. Elle était déjà veuve. Elle a beaucoup aimé sa vie simple et laborieuse. Par contre, sa soeur Zoé se plaignait parce qu'elle mettait du temps à répondre à ses missives fréquentes, dans lesquelles elle parlait des saisons et d'Henriette. Rien d'important mais tout de... [Lire la suite]
Posté par christinegio à 10:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
27 juillet 2016

C'est ça que je voulais...

Ce lundi - 12 h 30 - le temps est parfait pour cette invitation à déjeuner. Noces de coton. Complétude. Tout m'a été offert. Alléluia... Plus que je n'espérais. L'amour, un jardin et des yeux d'une couleur spéciale. Un peu seulement mais ça me va. Dans la voiture, la radio est allumée. C'est pas souvent quand on est à deux. Tout à coup, j'entends. J'écoute cette voix. Je ne suis plus que cette voix. Tout à coup, tout me manque. C'est ça que je voulais. Cette voix là. Mon Dieu, chanter comme ça. N'être plus que cette voix là. Anita... [Lire la suite]
Posté par christinegio à 10:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 juillet 2016

Fêter l'été.

Fêter l'été pour que mes sens se souviennent bien de la maison ouverte, de la lumière qui s'attarde, de l'air vivace et soyeux. Car l'hiver reviendra. Que me reviennent intacts l'amertume des poivrons, la fadeur des concombres, l'orangé des abricots, le moelleux des aubergines. Car il y aura un temps où il n'y aura plus que choux et patates sur la table. Le luxe des boissons fraîches et l'envie de rajouter un glaçon. Comme ce temps est court. Regarder les amis se lâcher (serait-ce le limoncello ?), avoir des fous-rires, s'affaler... [Lire la suite]
Posté par christinegio à 10:08 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juillet 2016

L'illumination, c'est pour quand ?

Je sais pas vous mais moi, j'ai parfois l'impression d'être un bureau de renseignements. Lorsque l'on s'adresse à moi, c'est souvent pour me poser une question. Pour savoir comment je vais (99 % des fois c'est juste une question polie). Digression : la question : "Comment allez vous ?" était une question posée par le médecin pour savoir comment son patient allait à la selle. Question primordiale qui est passée du cabinet (?) médical à la rue et au quotidien. C'est dire l'importance de la chose.   Moi, je déclenche la question.... [Lire la suite]
Posté par christinegio à 10:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 juillet 2016

Malade de peur.

Mais qu'est ce qu'elle a la chatte ? Tu trouves pas qu'elle est bizarre depuis avant-hier : elle court partout, monte, descend les escaliers à fond, ne tient pas en place, renifle, est parcourue de frissons, dort beaucoup moins longtemps, se cache, miaule plaintivement, gigote et quand elle s'endort sur notre lit, entre nous, elle se lève brusquement et prend la fuite... Je ne la reconnais plus. Check up : elle mange normalement, a le bout du nez humide et frais, a un beau pelage, est tout sauf immobile. Hypothèses : - elle a des... [Lire la suite]
Posté par christinegio à 17:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 juillet 2016

Jaune.

Une procession dense de silhouettes attentives et silencieuses. Au ralenti. Un déplacement régulier et rythmé. Une ondulation de corps. Au mur, des étendues  de magma striées de lignes puissantes et souples, s'enroulant et se déroulant. Des surfaces vastes, toujours vastes et profondes se transformant en univers. Des espaces autonomes se métamorphosant en regards, fleurs, lieux, chaises, lits... Faits d'une sève irrésistible et collante. Une résine chatoyante et changeante qui convulse, qui s'expanse. Le sol se dérobe forcément.... [Lire la suite]
Posté par christinegio à 12:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 juillet 2016

Ne pas savoir et même pas chercher à savoir.

Aujourd'hui, il me semble que c'est le bon jour pour recopier ce texte de Charlie Chaplin. "Le jour où je me suis aimé pour de vrai" Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j'ai compris qu'en toutes circonstances, j'étais à la bonne place, au bon moment. Et alors, j'ai pu me      relaxer. Aujourd'hui je sais que celle s'appelle ... l'Estime de soi. Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j'ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n'étaient rien d'autre qu'un signal lorsque je... [Lire la suite]
Posté par christinegio à 16:08 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
14 juillet 2016

Miscellanées amstellodamoises : le vélo, les tulipes et mantras.

C'est bien connu faire du vélo est une seconde nature pour les hollandais. Par tradition, le vélo est noir, bien lourd, grand. Lorsqu'ils pédalent, ils sont  assis comme sur une chaise, foncent, ne s'occupent de personne et peuvent percuter, heureusement sans gravité un touriste qui a le nez en l'air ou qui traverse sans regarder. On peut penser que les vélos sont la peste de la ville mais c'est grâce à eux que l'air est plutôt pur. La selle de vélo devient un support publicitaire et la sonnette, un accessoire indispensable et... [Lire la suite]
Posté par christinegio à 14:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,