Quand un fruit grossier, tavelé, immangeable cru prend la couleur d'une pierre semi-précieuse ! L'opération est magique mais il faut y mettre du sien ! La recette est  simple ; la mise en oeuvre, fastidieuse. Enfin, je ne regrette jamais le temps passé à faire des pâtes de coing...

DSCN9936

DSCN9943

DSCN9998

 

- Essuyer soigneusement les coings pour enlever le duvet qui est sur la peau,

- Couper les coings en 6 , en gardant tout c'est à dire le trognon et la peau,

- Mettre dans une cocotte à fond épais, rajouter de l'eau,jusqu'à mi-hauteur des fruits,

- Faire cuire sur feu moyen et remuer souvent. Le but étant de cuire les fruits avec le moins d'eau possible sans qu'ils accrochent.

- Une fois les fruits réduits en compote ou très mous, les passer au moulin à légumes grille pas trop fine.

- Peser la pulpe obtenue : un tant pour tant pulpe de fruits et sucre.

- Mélanger et remettre à cuire sur feu moyen en surveillant et en remuant soigneusement toutes les 5 minutes jusqu'à ébullition. Quand ça bloblote gentiment on baisse sur le feu le plus doux et pendant 1 heure au moins, on dessèche la pâte. Ce qui veut dire qu'on reste prêt d'elle et qu'on remue très souvent !

A chacun de se trouver une activité compatible avec le "remuage" fréquent :

- pas de tricot ou de couture car on a les doigts poisseux

- pas de lecture car on a l'esprit ailleurs (surtout pas de roman policier : on risque de brûler la pâte et là c'est foutu !)

- pas de télé : on ne peut pas suivre l'émission,

- pas de téléphone : la conversation sera interrompue, il faut les 2 mains pour être efficace.

On peut :

- éplucher des légumes,

- converser à bâtons- rompus,

enfin à vous de voir !