la-belle-et-la-bete

 

Les contes de fée ont le vent en poupe en ce moment... pour les enfants mais pas seulement. Ils reviennent aujourd'hui dans les médias de façon plus prégnante mais on ne les a jamais oublié pour autant. Ils constituent une trame vivante et solide de notre culture. Ils participent à notre mythologie. Ils sont ancrés dans nos mémoires, nos familles et nos écoles. Mais aujourd'hui ils sont exhumés par les scénaristes et metteurs en scène. Manquerions nous de symboles et de direction, pour dompter nos angoisses ? Ce fond d'histoires est consolateur des angoisses enfantines. Pour les grands, il constitue une nostalgie loin d'être mièvre qui peut être révélatrice.

Devant cet afflux d'histoires de princesses et de monstres, j'ai rouvert Psychanalyse des contes de fées de Bettelheim. Il suggère, au sujet des fiancés animaux (comme dans le conte écrit par Mme Leprince de Beaumont) qu'il s'agit de la peur de la sexualité animale masculine qui ne peut être transformée et de ce fait acceptable par les humains, que par l'amour d'une princesse d'une beauté et d'une grâce à nulle autre pareille ! En effet, celle qui est choisie est la plus belle des trois soeurs.... Les deux autres n'ont pas le niveau requis. Même si le féminin et le masculin sont ici traités d'une manière symbolique, si on reste sur un plan visible et premier c'est la fille qui s'y colle... Les petites filles s'identifient à la princesse. Elles se préparent à faire le boulot en restant bien coiffée sans rien dire... Je me demande si ces contes ne sont pas plus sulfureux que le livre Tous à poil figurant sur la liste des écoles et qui crée la polémique actuellement. C'est un simple livre d'images où l'on voit des corps de tous âges et de tous sexes traités de façon flou, qui fait que les écoliers doivent restés sur leur faim et préfèrent recourir à des photos pour leur information personnelle (enfin j'imagine !). Ces contes ancestraux sont  beaucoup plus sulfureux et actifs car ils sont constitués de mots qui s'insinuent et rampent dans les couches de l'insconscient de l'humanité depuis longtemps se chargeant de mystère et de vie.

Ce conte m'a suggéré une autre idée en rapprt avec nos comportements actuels. Cette semaine, j'ai aussi écouté sur France culture l'émission Sur les Docks le sujet était "Le dîner des ex-femmes de pervers "

http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-amours-24-%C2%AB-le-diner-des-ex-femmes-de-pervers-%C2%BB-2014-02-11

Je me disais qu'aucun conte ne parle encore des princesses épousant un prince charmant, qui se retrouvent très vite avec un monstre et qui  reste un monstre malgré tous les baisers du monde et l'amour du monde.... En proie pendant de longues années à un pervers narcissique se nourrissant de leur désarroi et de leur détresse tout en gardant pour l'extérieur le comportement  du prince charmant. Stupéfiant mais les victimes commencent à parler.

Qui veut bien écrire un conte sur ce sujet pour les petites filles à venir ?