Je suis fascinée, médusée par les séries américaines et anglo-saxonnes et  par certains romans policiers. En ce moment, mes rendez-vous sont Morse, Holmes (Elementary) et Castle mais il y a eu Monk, Poirot, Miss Marple, Adamsberg... Ce sont de véritables rendez vous : semaines après semaines je scrute ces personnages, me coule en eux.... Et une question récurrente : "qu'est ce que je peux bien leur trouver ? " Certes l'énigme, le suspens sont divertissements qui captent l'esprit mais je pense qu'il y a bien autre chose. C'est la façon de faire de tous ces héros modestes et singuliers qui m'intrigue et qui est une énigme...

Ils vont à la rencontre de ce qui est sans en être aveuglé. Méduse ne les fige pas. Le réel ne les change pas en statue de sel. L'indicible comme le meurtre le plus abject ne les trompe pas. Ne les avale pas. Leurs regards ne s'arrêtent pas à l'acte inhumain et sordide. Ils vont au delà de la sidération. C'est héroïque.

La somme des connaissances qu'ils ont engrangée au fil des années (Miss Marple a une connaissance de la psychologie humaine très grande grâce à la fine observation des habitants de St Mary Mead, Holmes exerce son cerveau et ses mains avec des exercices de ahute-voltige....) ne les handicape pas bien au contraire. Ils jouent avec et savent en user avec finesse. Leur connaissance n'est pas dogmatique mais reste plastique. Elle n'est pas un fardeau. Ils éliminent la rigidité qui donne des présupposés, des écrans, des préjugés pour laisser place à l'inattendu.

Mais les connaissances ne suffisent pas pour arriver à voir ce que tout le monde peut voir mais qu'eux seuls voient. Il leur faut aussi s'immerger dans leur singularité la plus ultime. Ce qu'ils sont intimement sans s'occuper de l'opinion de l'autre. Et pour cela laisser venir la vacuité et se situer à la marge : miss Marple le fait de façon exemplaire avec son tricot, son âge et sa situation. Mais elle n'est pas la seule : Monk est autiste, Holmes un ancien héroïnomane, Morse est passionné de mots croisés...Ils se décalent, épousant le vide et  l'absence. Aucun geste ni aucun mot de superflus. Grâce à tout ça, ils tirent l'ordre du chaos. Mettre les choses en ordre est leur problématique. Ils se collètent au chaos pour arriver à faire toute la lumière.

Leur passion va au réel et pour cette passion, ils sacrifient leur égo. Ces personnages n'ont aucun ego. Ils obéissent à leur désir de lumière : rien ne doit resté caché. 

 

Si cela m'intéresse tant c'est que chacune de nos vies est une énigme et que nous devons nous faire détective pour atteindre au réel et être consolés.

Pour cette thématique je me suis constituée une petite bibliographie :

- la nouvelle d'Edgard POE "L'homme des foules". Le regard vide de l'homme de la modernité.

- Le Traité du regard d'Alain Beltzung

- et Reflets dans un oeil d'homme de Nancy Huston.

sherlock

MARPLE-miss-marple-23639130-800-600

morse

hercule-poirot